Musée

MuséeCathédrale Saint-Pierre de Genève

Infos Musée

À propos du musée

Regarder la vidéo

Une cathédrale n’est pas un édifice ordinaire : haut lieu symbolique, elle représente dans un espace circonscrit, à dimension humaine, l’ensemble de l’Univers et de ses lois fondamentales. Elle est par ailleurs une image agrandie de l’Homme. Ainsi, entre l’Homme et l’Univers, la Cathédrale est à l’origine un espace intermédiaire, reliant, en les intégrant, l’infiniment petit et l’infiniment grand, la Terre et le Ciel.

Comme son nom l'indique, cette Cathédrale est dédiée à Saint-Pierre, dont elle était destinée à recueillir les reliques. Bien que les premières traces d'une cathédrale en ces lieux remontent au IVe siècle déjà, la construction de l'actuel édifice romano-gothique débute au milieu du XIIe, avec le premier prince-évêque de Genève, Arducius de Faucigny, et se termine un siècle plus tard environ. Cet édifice impressionne par son architecture ou par son mobilier, dont certains éléments datent du XVe, par ses vitraux aussi, remplacés au XIXe et identiques à ceux de la Renaissance exposés au Musée d’Art et d’Histoire, ou encore par ses chapiteaux, qui forment le plus vaste ensemble romano-gothique de Suisse. Ces œuvres artistiques et mystiques reflètent la pensée et la spiritualité d’une époque où le surnaturel et la vie quotidienne se côtoient et s’interpénètrent en une mystérieuse alchimie. Il aurait fallu encore ajouter le décor peint, détruit par les iconoclastes au moment du passage de Genève à la Réforme. Car image emblématique de la cité de Calvin, qu'elle domine depuis la colline de la Vieille Ville, cette Cathédrale est aussi le symbole du rayonnement de la Rome protestante.

Effectivement, à partir de juin 1535, la messe est abolie à Genève et la Cathédrale est affectée au culte réformé. L’extrême dépouillement du lieu, voulu par les protestants au moment du passage de Genève à la Réforme, correspond à l’esprit originel de la spiritualité calviniste, tourné vers l’écoute de la parole et non vers l’image. La Cathédrale prend alors le nom de Temple de Saint-Pierre, qui reste son nom officiel aujourd'hui encore.

A travers les siècles, la Cathédrale a été toutefois davantage qu’un lieu de culte. Elle a notamment rempli des fonctions civiles – devenant même le Temple des Lois pendant la Révolution genevoise – et aujourd’hui encore, elle accueille la prestation de serment du gouvernement de la République. Mais la Cathédrale Saint-Pierre est surtout l’illustration vivante de l’influence que Genève a eue sur le monde protestant comme lieu du refuge aussi bien que comme académie formant les pasteurs de toute l’Europe.

Quant aux premières messes célébrées à Genève depuis la Réforme, elles débutent six ans avant la révocation de l’Edit de Nantes, en 1679 à la chapelle du Résident, à une époque où Louis XIV s’acharne déjà contre les réformés. Il faudra attendre 1801 pour que Genève, alors devenue française, rejoigne le diocèse de Chambéry, et 1803 pour voir les catholiques s’émanciper de la chapelle du Résident, la messe se célébrant alors à l'église Saint-Germain.

Après la défaite de Napoléon, Genève rejoint la Suisse, en 1814, et la Cité de Calvin, peut-être sans retrouver le rayonnement du XVIe siècle, poursuit sa marche, dans un esprit œcuménique, laïc et interreligieux, vers son avenir de lumière.

Programmer votre visite

Pièces exposées

Objets exposés présentés avec fichier audio

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant

Rédiger le premier commentaire
A minimum rating of 1 star is required.
Please fill in your name.

Créez vos propres visites audio!

L'utilisation du système et de l'appli de guide mobile est totalement gratuite

Commencer

App preview on iOS, Android and Windows Phone