Comment faire vivre les œuvres d’art ? L’art du récit

L'ère numérique actuelle nous submerge de toutes sortes d’informations, dans ce contexte, comment les musées et les institutions du patrimoine peuvent-ils attirer l’attention de visiteurs potentiels? En effet, il n'est pas aisé d'écrire des récits stimulants tout en conservant l’intégrité d’une exposition. Comment pouvez-vous créer des récits qui susciteront l’intérêt de vos visiteurs potentiels ?

Les descriptions traditionnelles d’œuvres ou d'artefacts peuvent parfois sembler trop factuelles et « ennuyeuses »: elles se contentent souvent de citer des dates qui seront bien vite oubliées. Pour que vos récits restent gravés dans les mémoires, ils doivent parler au visiteur sur un plan plus personnel pour capter l’attention de l’auditeur.

Comment s’y prendre ? La réponse est simple : raconter des récits qui déclenchent des émotions chez vos visiteurs. Quand les personnes se sentent touchées sur le plan émotionnel, ils se souviennent ensuite de l’importance de votre message et s’impliquent automatiquement davantage.

N° 1 : connaître ses visiteurs. À qui vous adressez-vous dans vos récits ? L’art du récit, c’est bien plus que le simple fait de raconter ; cela implique aussi d’écouter les récits des autres.

Prenons, par exemple, ce court récit à propos du tableau Enfants apprenant la danse à un chat (1660-1679, Jan Havicksz Steen), tiré de la visite « Le Rijksmuseum pour les enfants ».

« Que de bruit dans ce tableau ! Une jeune fille joue de la flûte à anche, mais cela sonne plutôt faux. Les enfants crient et rient ; une poêle est sur le point de tomber sur le sol carrelé. Quel fracas.... Le chien aboie, mais qui fait le plus de bruit ? Et le pauvre chat qui doit danser... »

N° 2 : créer des récits auxquels on peut s’identifier, c’est essentiel ! Quand votre public s’identifie à vos récits, il se sent impliqué et il écoute.

Voici un bel exemple tiré de la visite « Archéon : l’époque romaine ».

« Voici les Latrines, les toilettes romaines. Alors, allez-y, asseyez-vous au-dessus d’un trou ! Vous voyez : ce n’est pas tout à fait ce dont vous avez l’habitude. Tout d’abord, vous êtes assis à côté de tout un tas de gens. Vous pouvez ainsi bavarder et même faire un peu de commerce pendant que vous êtes occupé. Ensuite, vous ne voyez pas comment tirer la chasse. Mais cela se faisait quand même, bien sûr ! »

N° 3 : prendre le temps d’étudier les évolutions, les tendances et les technologies actuelles afin de créer l’expérience la plus immersive possible. Restez à jour.

L’information est accessible à tous, mais c’est votre façon de la présenter qui importe. En combinant l’éducation et le divertissement, vous pourrez créer une expérience totalement nouvelle et passionnante pour les utilisateurs !